Presse

quot-les-gens-sont-contents-c-est-ca-le-principal-quot-indiquait-eliette-giraud-presidente-de-l-association-espace-fleuri-concernant-la-fete-de-noel-quot-quant-au-concert-une-association-ne-doit-pas-etre-uniquement-f ASSEMBLEE GENERALE et GALETTE

L’association Espace fleuri a tenu son assemblée générale, samedi. L’occasion d’évoquer les nombreuses animations, ouvertes à tous, qui ont été proposées l’année dernière : vide-greniers, fête de la Saint-Jean, fête de Noël et concert ont rassemblé un large public. Pour cette nouvelle année qui commence, l’association prévoit un nouveau vide-greniers, un voyage à Turin et en Ardèche, ainsi que les traditionnelles fêtes de la Saint-Jean et animations de Noël.

Pour clôturer cette assemblée générale, la présidente a remis un chèque de 1 163 euros à l’association martinéroise Autisme Vies, somme récoltée au concert offert par Alp’opérette en décembre dernier. Puis tous se sont retrouvés autour des galettes de circonstance.

Par S. N | Publié le 05/02/2014 à 06:00


la-presidente-a-remercie-les-adherents-d-etre-venus-nombreux-avant-de-proceder-a-la-remise-de-cheque-au-profit-de-l-association-autisme-vies

moment-convivial-en-chansons

UN WEEK END FESTIF et SOLIDAIRE AVEC L’ASSOCIATION ESPACE FLEURI

« Les gens sont contents. C’est ça le principal ! » indiquait Eliette Giraud, présidente de l’association Espace Fleuri, concernant la Fête de Noël. « Quant au concert, une association ne doit pas être uniquement festive, mais avoir des actions solidaires »

L’association Espace Fleuri est en activité aujourd’hui. Hier déjà, la traditionnelle fête de Noël était organisée en partenariat avec le centre commercial de la rue Paul-Héroult. Tous se sont mobilisés pour que le quartier prenne le temps d’une journée une ambiance festive à travers ses animations : les rituelles enveloppes gagnantes, balades à dos-d’âne, pêche à la ligne,… mais aussi quelques nouvelles.

Aujourd’hui à la salle André Martin, rendez-vous pour un après-midi lyrique avec Alp’Opérette. Sur scène, une douzaine de chanteurs, des costumes soignés et un répertoire varié devraient séduire le public. Ce concert est donné gracieusement par Alp’Opérette et les montants récoltés par la vente des places seront intégralement reversés au profit d’Autisme Vies. Même générosité concernant la tombola organisée durant l’entracte, et qui permettra aux heureux gagnants de gagner les objets artisanaux réalisés par Monsieur Fernandez.

Le concert d’Alp’Opérette, à 15 heures, à la salle André Martin (avenue de la République). Ouverture des portes dès 13 h 45. Tarifs : 10 €/adulte et 8 €/jeune.

Publié le 08/12/2013


benevoles-et-membres-du-bureauGrand bal de l’association Autisme V.I.E.S. L’association Autisme Vies, qui milite pour défendre les droits des personnes autistes, a organisé, samedi, un grand bal sur le thème des années 80 à l’Heure bleue. La salle comble démontrait le succès remporté par la manifestation. Une musique tonique a ravi les nombreux danseurs qui n’ont pas quitté la piste de toute la soirée.les-danseurs-(ci-dessus)-ont-enchante-le-public-tandis-que-les-benevoles-et-membres-du-bureau-(ci-contre)-oeuvraient-pour-que-tout-soit-parfait

Avant le bal, l’école de danse “Les Planches” de Grenoble a présenté une petite partie de son équipe parmi laquelle des danseurs de grande envergure. Ce soir-là, leurs professeurs, Amandine et Lionel Giannone, étaient en show à Bercy avec les artistes de la célèbre émission télévisée “Danse avec les stars”. Ces maîtres de la danse ont formé deux couples de juniors (13 à 17 ans) qui sont parmi les meilleurs danseurs du monde. Des artistes dont le public a pu apprécier les talents.

Cette soirée fut une nouvelle occasion pour Autisme Vies d’informer le public sur la possibilité de faire un don ou de rejoindre l’association en donnant un peu de son temps lors des actions qu’elle mène. Autisme vies : 104 avenue Ambroise-Croizat 38400 Saint-Martin-d’Hères. Tél. 04 76 24 45 49.

St Martin d’Hères, le 01.02.2014


title (2)GRENOBLE – LA SORTIE D’UN DOCUMENTAIRE MERCREDI ATTISE LA COLÈRE D’ASSOCIATIONS ISÉROISES Autisme : “À ciel ouvert” déclenche les foudres

Mariana Otero a posé sa caméra au cœur de l’institut médico-pédagogique Le Courtil en Belgique. C’est le quotidien d’enfants dits psychotiques que raconte son documentaire “À ciel ouvert”.

Alors que sa sortie est prévue ce mercredi 8 janvier, et que la documentariste est attendue ce vendredi au Méliès à Grenoble, trois associations iséroises se mobilisent et grondent déjà leur colère.

Où est-elle la liberté d’expression ?

« Oui, nous avons de quoi être indignés », explique Françoise Galletti (Autisme Besoin d’Apprendre Isère). « Ce documentaire parle d’enfants psychotiques, atteints une maladie mentale relevant de soins basés sur la psychanalyse. Or, nous, associations, parents d’enfants autistes, nous savons bien que cette notion de “psychose infantile” n’existe pas. En 2012, nous avons eu la satisfaction d’apprendre que la psychanalyse n’était plus recommandée officiellement par la Haute autorité de santé qui du coup remplaçait la notion de psychose infantile par troubles envahissants du développement. Et là, c’est fou on repart à zéro… »

C’est le parti pris de la réalisatrice que dénoncent la représentante d’Aba autisme Isère ainsi que deux autres associations iséroises (Autisme Vies” et “Envol isère autisme”). Celui de filmer une prise en charge de type psychanalytique… Et lorsqu’on évoque la liberté d’expression, la vice-présidente d’Envol Isère Autisme, Ghislaine Lubert, hausse les épaules.

« On ne veut pas aller contre la liberté d’expression, nous voulons informer, participer aux débats. Et puis on peut quand même remarquer que le pédopsychiatre filmé dans ce documentaire fait partie des trois psychiatres qui ont intenté un procès à la réalisatrice Sophie Robert pour son film “Le mur ou la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme”. Le film a été interdit en 2011. Nous attendons l’appel en février.

Alors, où est-elle la liberté d’expression ? »

Vendredi, les trois associations ont prévu de distribuer des tracts avant la projection (20 heures).

huit minutes demandéesLes trois associations iséroises ont demandé au Méliès d’accepter de passer une bande-annonce (de 8 min) d’un film réalisé sur fonds privés et axé sur des prises en charge comportementales.

Par Christelle CARMONA | Publié le 08/01/2014


a-l-issue-de-la-ceremonie-le-nouveau-dignitaire-(deuxieme-en-partant-de-la-gauche)-et-les-nouveaux-membres-entoures-par-les-deux-coeurs-d-or-et-le-grand-chancelier-ont-ete-invites-pour-le-bapteme-du-vin-de-savoie

Le Sarto a accueilli de nouveaux membres

À l’issue de la cérémonie, le nouveau dignitaire (deuxième en partant de la gauche), et les nouveaux membres, entourés par les deux Cœurs d’or, et le grand chancelier, ont été invités

Samedi soir, a eu lieu à Voreppe, une grande rencontre de tous les compagnons du Sarto, rencontre que l’on appelle une “Frairie magistrale”. Le Sarto a pour objectif de défendre et développer les valeurs traditionnelles du terroir savoyard et alpin.

La vigilance Alpes-Dauphiné du Sarto a accueilli à cette occasion les confréries de la Jolie treille du Saint-Joseph et de l’Hermitage, celle des Anysetiers, ainsi que des représentants des portiques de Mulhouse, Bourgoin, et le Bourget-du-Lac. Le Sarto, dont l’un des membres, Christian Martin, a été élevé au rang de dignitaire, a accueilli six nouveaux membres : Annie Charlon, Jean-Pierre Doeuvre, Chantal Grégoire, Annie Heush, Georges Neumann, tous Meylanais, et Jean Ducase, de Domène. Ils étaient présentés par leurs parrains.

Après avoir prêté le serment de fidélité, les nouveaux membres ont reçu les insignes d’appartenance à la compagnie du Sarto. Deux responsables, Ange et Yves Riboud, eurent la surprise de recevoir un Cœur d’or en reconnaissance des services rendus. Un chèque de 1 200 euros fut remis à l’association Autisme vies, comme le fait chaque année le Sarto, dans le cadre de son action sociale. Publié le 20/11/2013


title (3)SAINT-MARTIN-D’HÈRES –

Le grand carnaval des associations

Le service vie locale a organisé pour les associations martinéroises un grand rendez-vous festif ce dimanche. Il s’agissait d’une manifestation interassociative. Pour cette première édition du “carnaval des associations”, ces dernières ont été épaulées par le service « vie locale et événements ». Celui-ci, de fait, a participé à la parade, dans l’esprit ludique et convivial voulu pour cette manifestation.

Dans le cortège, on retrouve plusieurs associations de monde biens différents. Tout en haut, il y a “l’EEM Volley-ball”, qui représente le monde sportif à lui seul. Un peu plus loin, on voit celles “d’Autisme Vies”, “Arc en ciel”, “l’union de quartier Sud”. Là-bas, on croise l’“Espéranto”, “Car-asso”, et aussi “campus et un ptit vélo dans la tête”. On lève la tête et on voit un lâcher de pigeons. Derrière, des gens s’essaient au volley-ball dans un stade animé par l’EEM Volley-ball. On file à la buvette restauration tenue par les membres du pôle jeunesse des jeunes Martinérois. Pour eux, c’est une première expérience professionnelle. Ils s’initient au niveau administratif et se rendent compte ce que représente un contrat d’embauche (première fiche de paye). Mais ils restent aussi sensibilisés au monde associatif.

Un premier rendez-vous festif particulièrement réussi auquel de nombreux Martinérois ont participé tout au long du parcours. Ils se sont réunis pour faire la fête au parc Jo Blanchon où de nombreuses activités et surprises les y attendaient. Chaque association a présenté un petit spectacle. Par Marie-Louise CLEMENT | Publié le 06/05/2013


vendredi-25-janvier-yves-sylvent-president-de-l-association-(alices)-a-remis-un-cheque-de-5681-euros-a-cecile-lafaury-presidente-de-l-association-la-passerelle-et-un-cheque-de-4952-euros-a-yasmina-mechemache-presiden

Vendredi 25 janvier Yves Sylvent président de l’Association (ALICES) à remis un chèque de 5681 euros à Cécile Lafaury présidente de l’association La Passerelle, et un chèque de 4952 euros à Yasmina Mechemache présidente de l’Association Autisme VIES dans les locaux d’ALICES avenue Paul-Cocat.

Yves Sylvent, président de l’Association de liaison de l’Isère des comités d’entreprise et similaires (Alices), a remis deux chèques au profit de deux associations grenobloises. Le premier, d’un montant de 5 681 € pour “La Passerelle” et ses actions en faveur du droit et de la protection de l’enfance. Le second, de 4 952 €, pour Autisme VIES, qui intervient auprès des enfants autistes. Ces fonds ont été récoltés lors du spectacle intitulé “Sirena”, organisé lors des fêtes de Noël. Pour chaque billet vendu, 1 € était reversé à cette action. Et comme plus de 12 000 personnes ont assisté à ce spectacle…

Pour en savoir plus : www.alices.fr Publié le 31/01/2013le-spectacle-propose-s-intitulait-sirena

ANIMATION L’ARBRE DE NOËL DU CHU S’EST DÉROULÉ À ALPEXPO - Une féerie aquatique au profit des enfants malades

Le spectacle proposé s’intitulait “Sirena”.

Comme chaque année, l’Amicale du personnel du CHU de Grenoble, présidée par Didier Dampne, a organisé il y a peu, par le biais de la section “Arbre de noël”, un spectacle pour les enfants du personnel hospitalier. Cette manifestation était proposée par Alices (Association de liaison de l’Isère des comités d’entreprise et similaires).

Plus de 2000 personnes

Cet événement, intitulé “Sirena” et destiné aux enfants de 5 à 9 ans, a rassemblé plus de 2000 personnes sous chapiteau dans l’enceinte d’Alpexpo. Un décor d’eau, de lumière et de feu, des costumes fantastiques, des numéros internationaux de contorsion, jonglage, magie, des otaries et des clowns étaient rassemblés. Une véritable féerie aquatique qui à conduit les enfants à la rencontre du père Noël et enchanté les petits comme les grands.

Et comme Noël est synonyme de fête et de partage, à l’occasion de ce spectacle de fin d’année, Alices a reversé 1 € par place vendue au profit des associations qui interviennent auprès des enfants qui rencontrent des difficultés ; cette année, Autisme VIES et La Passerelle en sont les bénéficiaires. Par Alfred FARRUGIA | Publié le 20/12/2012


SOLIDARITÉ ROTARY CLUB DRAC ROMANCHE – Un chèque contre l’autisme

Mardi soir à l’Hôtel Mercure, Jean Mermet, président du Rotary Drac Romanche, a remis un chèque de 900 € à Yasmina Mechemache et à Audrey Durdilly, de l’association Autisme Vies.

Mardi soir, à l’Hôtel Mercure, rue Général-Mangin, Jean Mermet, président du Rotary Drac Romanche, a remis à Yasmina Mechemache, présidente de l’association, Autisme Vies, un chèque de 900 € destiné à financer la formation des parents à l’ABA (Analyse appliquée du comportement), qui consiste à travailler sur la motivation de l’enfant et à compléter ainsi le travail des psychologues. Depuis 2009, le Rotary Drac Romanche apporte son aide à l’Association Autisme Vies. Celle-ci consacre ses activités à l’accueil des enfants et adultes autistes en leur offrant un large éventail de services. Aujourd’hui, l’association reçoit une trentaine d’enfants.

Par Alfred FARRUGIA | Publié le 08/11/2012mardi-soir-a-l-hotel-mercure-jean-mermet-president-du-rotary-drac-romanche-a-remis-un-cheque-de-900-a-yasmina-mechemache-et-a-audrey-durdilly-de-l-association-autisme-vies


le-maire-rene-proby-et-marie-dominique-vittoz-ont-ouvert-hier-matin-le-forum-des-associations-qui-reunissait-cette-annee-pres-de-99-stands-une-journee-rythmee-par-le-sourire-des-benevoles-et-les-demonstrations-de-cer

FORUM des ASSOCIATIONS :

Hier, elles étaient une centaine à se partager les allées de l’Heure bleue. Les associations martinéroises sont toujours plus nombreuses : 250 ont été répertoriées cette rentrée, dont douze petites nouvelles. Le forum organisé, ce samedi, en partenariat avec les services de la ville et les représentants associatifs, offrait une nouvelle fois un vaste champ des possibles.

Une opportunité de s’informer saisie par un grand nombre puisque 250 visiteurs avaient déjà passé l’entrée avant les douze coups de midi. Regroupés par thème, les stands, décorés aux couleurs de l’association faisaient le reste…

Informer, bien sûr. Mais pas seulement. Car les bénévoles ne comptent pas. Alors, hier, ils ont une nouvelle fois partagé connaissance, savoir-faire et passion. Sans surveiller la montre…

En invitant à la tribune deux présidentes d’associations _Simone Poinsot pour l’Union des habitants du quartier Sud et Yasmina Mechemache pour Autisme-Vies_ Marie-Dominique Vittoz insistait sur l’importance du travail mené en partenariat avec les bénévoles. Après le lancement cette année d’une convention d’engagement réciproque, la conseillère en charge de la vie associative rappelait que la réflexion autour d’un lieu “ressource” était actuellement en cours. « Si nous sommes encore dans l’attente sur certains points, nous ne nous plaçons plus simplement en position de demandeurs. Nous préférons à cela une relation d’échange avec la ville », souriait Simone Poinsot.

Le maire, René Proby, se félicitait, quant à lui, du dynamisme associatif et des opportunités de rencontre et de construction qu’offrent, chaque année, ces organisations.

« Car n’oublions pas que la réussite d’une vie ne se résume pas à la vie professionnelle », concluait-il.

Par Christelle CARMONA | Publié le 09/09/2012


depuis-1996-et-grace-a-son-atelier-l-association-vies-accueille-des-enfants-et-des-adultes-aides-par-un-personnel-competent-et-motiveUne formation et des portes ouvertes au programme

Du 17 au 19 octobre, à l’espace Valmy à Échirolles, l’association Autisme-vies organise une formation sur la méthode ABA (Applied behavior analysis) dédiée à l’analyse du comportement appliquée, en direction des parents et des professionnels. Les inscriptions sont accessibles en ligne sur le site de l’association. À noter également que la structure ouvrira ses portes au public le 20 septembre pour une découverte des locaux, situés à Grenoble, et de son atelier de soutien éducatif proposé aux enfants autistes suivis par l’association. « Pour cet atelier, les enfants viennent au minimum une heure par semaine, et jusqu’à trois heures pour certains, selon le choix des parents pour améliorer la compréhension, l’expression du langage, et les habiletés sociales et adaptatives de leur enfant autiste », précise Yasmina Mechemache.

Le siège social de l’association Autisme-vies est situé au 104, avenue Ambroise-Croizat à Saint-Martin-d’Hères. Tél. 04 76 24 45 49 et 06 15 33 32 35. Site Internet : autisme-vies.org. Public concerné: enfants et adultes autistes, familles, professionnels. Lieu d’activité : 31, rue Georges-Manteyer à Grenoble.

Par P. Y. | Publié le 14/08/2012

AUTISME PORTES OUVERTES À VIESDes services contre un handicap

Depuis 1996 et grâce à son atelier, l’association VIES accueille des enfants et des adultes aidés par un personnel compétent et motivé.

Dans le cadre du Mois de l’accessibilité, l’atelier de l’association autisme VIES a organisé jeudi dernier de 10 h à 16 h, dans ses locaux au 115, avenue Jean-Perrot, une journée portes ouvertes sous la houlette de la présidente Yasmina Mechemache.

De nombreuses personnes sont venues visiter les locaux et se sont renseignées sur la structure qui, depuis 1996 et grâce à son atelier, accueille des enfants et des adultes et offre un large éventail de services dispensés par un personnel compétent et motivé : séances éducatives individuelles ou en groupe, guidance parentale, supervision des intervenants, évaluations psychologiques, interventions au domicile, dans les établissements scolaires, dans les centres de loisirs. L’ensemble de ces services est basé sur les méthodes A.B.A., TEACCH, PECS… et adapté au profil de chaque personne. La ludothèque est réservée aux familles d’enfants ou adultes autistes, ainsi qu’aux professionnels qui les entourent. La présidente a précisé que depuis 1995, l’association milite pour défendre les droits des personnes autistes. Il faut savoir, que l’autisme est maintenant considéré comme un handicap qui se manifeste de manière très variée selon les personnes.

Pour tous renseignements, tél. au 04 76 24 45 49 – 06 15 33 32 35. Site : www.autisme-vies.org

Publié le 23/09/2012


depuis-de-nombreuses-annees-concetta-savarino-(a-gauche)-maman-de-louis-et-yasmina-mechemache-maman-de-luc-ont-adapte-leur-quotidien-a-celui-de-leur-enfantL’association Autisme-vies soutient et informe les familles

Depuis de nombreuses années, Concetta Savarino (à gauche), maman de Louis, et Yasmina Mechemache, maman de Luc, ont adapté leur quotidien à celui de leur enfant

Pour la deuxième année consécutive, l’association Autisme-vies participera au mois de l’accessibilité qui se déroule du 17 septembre au 17 octobre. Une participation importante pour cette association, qui œuvre depuis 17 ans à informer et accompagner les parents d’enfants autistes, quel soit leur niveau, leur âge, et leur lieu de vie. Le mois de l’accessibilité pour « faire connaître l’autisme »

Yasmina Mechemache, présidente de l’association depuis 2004, précise : « Peu avant cette première participation au mois de l’accessibilité en 2011, nous ne savions pas exactement quelle place pouvait occuper notre association au sein de cet événement. C’est la mairie d’Échirolles qui nous a convaincus que nous avions une place à saisir pour faire connaître ce qu’est l’autisme et les prises en charges qui vont avec. »

Une participation que l’association doit aussi à la présence de Concetta Savarino, Échirolloise depuis 43 ans, membre d’Autisme-vies et membre de la commission de l’accessibilité à la mairie Échirolles. « L’association est née à Échirolles en mai 1995, à l’initiative de deux mamans en détresse, dont je faisais partie », complète-t-elle.

En effet, Concetta Savarino, est maman de Louis, 40 ans, souffrant de troubles autistiques reconnus par le corps médical à l’âge de 22 ans. « Je me suis retrouvée seule à élever mon fils car personne n’en voulait… C’est grâce à l’association Autisme-vies que Louis a pu intégrer le service d’activités de jour de la Petite Butte à Échirolles », précise Concetta Savarino. Des bénévoles au dynamisme à toute épreuve

De son côté, Yasmina Mechemache, est maman de Luc, 19 ans, diagnostiqué autiste à l’âge de deux ans et demi. Aujourd’hui, le jeune garçon est en internat à l’Institut médico-éducatif Le Hameau de sésame à Crolles.

Une victoire pour Yasmina, également très heureuse de la bonne santé de son association, et qui conclut ainsi : « L’association compte actuellement trente enfants accueillis, deux psychologues embauchées, plusieurs stagiaires psychologues formés qui interviennent à domicile, 60 adhérents et une dizaine de bénévoles non concernés par l’autisme, mais qui participent à nos actions avec un dynamisme à toutes épreuves. Et cela fait plaisir à voir. »

Par Patricia Yvars | Publié le 14/08/2012


title (1)SAINT-MARTIN-D’HÈRES Un bouquet pour aider les enfants autistes

À la clinique Belledonne, les bénévoles d’Autisme Vies, soutenus par le Rotary Club, tenaient un stand de fleurs pour la fête des mères.

Ce week-end, l’association martinéroise Autisme Vies a participé à sa manière à la fête des mères, en organisant une vente de fleurs, au centre commercial Grand Place à Grenoble le samedi, et à la clinique Belledonne à Saint-Martin-d’Hères le dimanche. Les bénéfices de cette action, initiée par le Rotary Club Drac-Romanche, permettront de financer en partie une formation sur l’autisme destinée aux parents et professionnels.

C’est avec enthousiasme que les bénévoles d’Autisme Vies se sont ainsi transformés en marchands de fleurs ; leur bonne humeur et leur sourire ont séduit les passants, qui n’ont pas hésité à acheter l’un des bouquets réalisés patiemment par les membres du Rotary Club.

« Cela fait quatre ans que nous nous impliquons pour l’autisme, qui est une cause qui mérite d’être soutenue. La rencontre entre les adhérents d’Autisme Vies et notre club est une belle réussite ; nous avons de très bonnes relations, et cette action n’est pas seulement bénéfique à l’association, mais aussi à tous les membres du club, car c’est le seul événement pour lequel chacun s’implique personnellement. Tout le monde participe, cela permet de nous retrouver », explique Maia Favier, membre senior du Rotary Club, qui a tenu le stand de la clinique Belledonne.

Très dynamique, Autisme Vies bénéficie de l’implication des parents d’enfants autistes et de leur famille proche, mais aussi de celle des citoyens sensibles à ce handicap, qui n’hésitent pas à apporter leur aide lors des nombreux évènements organisés par l’association. La présidente d’Autisme Vies, Yasmina Méchemache, explique : « Actuellement, en France, les formations universitaires adaptées sur l’autisme se comptent sur les doigts d’une main, alors qu’il y a 150 000 enfants autistes, et 8000 de plus qui naissent chaque année. Du fait du monopole de l’approche psychanalytique, nous manquons de professionnels compétents. C’est pour les personnes qui souhaitent travailler avec des enfants autistes que nous organisons des formations, que ce soit des parents, des psychologues, des éducateurs ou des orthophonistes. »

Des formations qu’Autisme Vies espère rendre accessibles à tous, notamment grâce à l’action de ce week-end. Publié le 06/06/2012


title

Des fleurs pour une mallette éducative offerte par le rotary club Sud-Romanche à l’association martinéroise Autisme VIES

La présidente d’Autisme vies, Yasmina Mechmache, est ravie de ce kit : « Cette mallette comporte divers jeux éducatifs calibrés, qui sont les supports d’un test d’évaluation utilisé spécifiquement pour les enfants autistes. Les psychologues de l’association vont pouvoir évaluer de manière très fine le niveau de compétences des enfants dans de nombreux domaines ; cela leur permettra de savoir comment travailler pour que l’enfant progresse de manière harmonieuse dans chaque compétence. »

Une mallette éducative pour Autisme vies

Il y a tout juste quelques jours, les membres du Rotary club de Drac-Romanche ont remis, à Pierre-Chatel, une mallette éducative à l’association martinéroise Autisme vies. « Nous sommes sensibilisés à la cause de l’autisme depuis de longues années et aidons régulièrement Autisme vies en organisant une vente de fleurs le week-end de fête des mères à Grand’Place et à la clinique Belledonne. Les bénéfices de cette vente nous ont permis cette année d’acheter directement aux États-Unis cette mallette, qui coûte quand même 1500 dollars. Mais c’est un très bon investissement éducatif ! », explique Jean-Luc Boursier, rotarien très actif et ancien président du club.

Publié le 18/12/2011 à 06:00


les-membres-du-lions-club-et-des-associations-partenaires-avec-fabrice-hugele-maire-de-seyssins

SEYSSINS – Le Lions Club se mobilise pour l’enfance et le handicap

Les membres du Lions club, et des associations partenaires avec Fabrice Hugelé, maire de Seyssins.

Ce vendredi soir, au Prisme, se déroulait la 21 e Nuit de la danse du Lions Club Grenoble Dauphins, au profit de l’enfance inadaptée avec un spectacle et un bal proposé par l’orchestre Laurent Comtat. Une tombola était également au programme, qui a permis de gagner notamment un voyage d’une semaine pour 2 personnes à Corfou, une veste en cuir ou encore 2 places pour un match de rugby du Top 14 au Stade de France.

La présidente, Patricia Page, a remercié la fidélité et la générosité des sponsors et des présents (plus de 550 personnes) grâce auxquels les bénéfices pourront être reversés à diverses associations s’occupant au quotidien de donner un sourire à des enfants blessés par la vie comme : Afipaeim (Association familiale de l’Isère pour enfants et adultes handicapés intellectuels), Locomotive (enfants atteints de cancer ou leucémie), ALE (Association laïque Échirolles handisport), Alesa (Amicale laïque Échirolles sports adapté), Dyspraxique mais Fantastique et Autisme Vies.

Fabrice Hugelé, maire, était venu leur souhaiter une excellente soirée qui a été très animée et appréciée, grâce à tous les membres du Lions Club de Grenoble Dauphins, leur engagement et leur énergie sans cesse renouvelés.

Publié le 26/11/2012


hier-matin-michel-berges-(a-droite)-directeur-de-rte-(reseau-de-transport-d-electricite)-a-organise-une-matinee-de-reflexion-sur-l-emploi-et-le-handicap-dans-le-cadre-de-la-semaine-de-l-emploi-des-personnes-handicapeSEYSSINET-PARISET « Chez nous, l’emploi de personnes handicapée n’est pas du vent »

Hier matin, Michel Berges (à droite), directeur de RTE (Réseau de transport d’électricité) a organisé une matinée de réflexion sur l’emploi et le handicap dans le cadre de la Semaine de l’emploi des personnes handicapées. Nadège (au premier plan), a témoigné de son intégration dans l’entreprise. Elle est en contrat d’alternance depuis mars. Elle est soutenue par Marie-Jo, sa tutrice et par Stéphanie, des Ressources humaines.

Il dit que « la loi des quotas » est une chose, et que l’engagement de son entreprise en est une autre. Le directeur de l’entreprise RTE (Réseau de transport d’électricité) veut changer le regard de l’emploi des personnes en situation de handicap dans la société. Et la meilleure façon, selon lui, c’est de commencer dans son entreprise. « Chez nous, ce n’est pas du vent, affirme Michel Berges. Nous agissons vraiment ».

Il profite, chaque année, de la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées pour sensibiliser ses salariés (90). Hier matin donc, premier jour de cette semaine thématique, il les a invités à une matinée de réflexion. Présentation des actions du groupe et conférence animée par l’association Autisme Vies. « Nous accompagnons les personnes handicapées tout au long de leur carrière »

Michel Berges insiste, « ce sujet est dans nos gènes, dans notre culture d’entreprise. C’est une action historique ». Et de rappeler que RTE jusqu’en 2000, c’était EDF, une entreprise publique « sociale ».

Un nouvel accord pour l’emploi des travailleurs handicapés a été signé « unanimement » en juin, c’est le troisième depuis 2006. Il fixe des objectifs et affirme la volonté de développer des actions de recrutement.

Sur son site de Seyssinet, RTE emploie quatre personnes en situation de handicap (29 en Rhône-Alpes-Auvergne, 265 au niveau national). « Notre objectif est de progresser, informe le directeur. Embaucher 5 % de personnes handicapées par an. Depuis cinq ans, nous avons été un peu limités par notre faible taux de recrutement et par la difficulté de trouver des profils adéquats sur nos postes très majoritairement techniques. Nous travaillons en étroite collaboration avec la médecine du travail, intervenons dans plusieurs écoles en amont de nos recrutements et faisons largement connaître nos offres d’emplois disponibles par le recours à des organismes de recrutement spécialisés ».

Cette politique d’embauche ne se limite pas à la seule proposition d’emploi, elle prévoit également l’adaptation du poste de travail, la préparation de l’équipe avant l’accueil et surtout le suivi. « Nous accompagnons les personnes handicapées tout au long de leur carrière et faisons évoluer leur poste. Nous nous adaptons au fil du temps à l’évolution de leur handicap ».

Michel Berges conclut : « Avoir cette politique est pour nous une chance et une fierté. Elle fait avancer tout le monde. Même s’il y a encore beaucoup à faire ».

Par Monique BLANCHET | Publié le 13/11/2012


sophie-robert-realisatrice-du-documentaire-le-mur-la-psychanalyse-a-l-epreuve-de-l-autisme-a-anime-une-conference-sur-l-autisme (1)CONFÉRENCE – SOPHIE ROBERT PARLE DE L’AUTISME

La psychanalyse au pied du mur

Sophie Robert, réalisatrice du documentaire “Le mur, la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme”, a animé une conférence sur l’autisme.

Les associations martinéroises “ABA apprendre autrement Isère” et ”Autisme vies” ont invité la Sophie Robert à présenter son documentaire” Le mur, la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme”.

Sophie Robert, documentariste et cinéaste, déçue par ses études de psychanalyse, s’est orientée par la suite vers le milieu de la communication. Aujourd’hui réalisatrice de film de fictions, elle a souhaité médiatiser, via une série de documentaire, son opinion de la psychanalyse en France. Pour ce faire, elle a enregistré ses rencontres avec des psychanalystes pendant lesquelles elle a abordé leurs théories et leurs pratiques.

Son premier documentaire rassemble les échanges qui ont trait à l’autisme. Pour Sophie Robert, les psychanalystes reconnaissent leur impuissance

Dans son film et dans sa conférence, Sophie Robert montre que les psychanalystes reconnaissent leur impuissance à aider et à soigner l’enfant atteint d’autisme tout en refusant de laisser d’autres méthodes médicales prendre en charge ces malades.

Dès les années 1970, les avancées de la neurologie avaient conduit à l’hypothèse d’un dysfonctionnement cérébral et permis l’essor de thérapies cognitives et comportementales nouvelles aux États-Unis en particulier. On peut citer parmi ces méthodes le Pecs, système de communication par échange d’images, qui est une méthode permettant de mettre en place une communication efficace en l’absence d’un langage oral fonctionnel.

Ces méthodes, qui pourtant ont des résultats et font progresser l’enfant autiste, sont combattues par les psychanalystes qui y voient un simple dressage, une robotisation de l’enfant au détriment de sa singularité.

Décontenancés par ce refus d’ouverture, par l’inertie en seule réponse proposé et facturé par les psychanalystes, les parents d’enfants autistes tentent de prendre en main eux-mêmes leurs enfants en « important les méthodes étrangères et en faisant du bricolage associatif pour créer des structures adaptées à leurs enfants ».

Un éducateur spécialisé présent mercredi soir a trouvé le portrait dressé de la psychanalyse trop caricatural mais a cependant reconnu que la psychanalyse n’était pas l’outil adapté au traitement de l’autisme.

Si la justice n’interdit pas sa diffusion prochainement (lire ci-contre), le film traduit en anglais et espagnol, dévoilera à l’étranger le mur entre le pragmatisme et la psychanalyse de l’autisme ancrée dans ses principes dépassés, dans ses croyances.

Publié le 05/12/2011


partage-en-vue-proposait-un-atelier-pour-decouvrir-le-braille-avec-marc-angelier-enseignant-specialise

MEYLAN – Semaine de la solidarité : des ateliers autour du handicap

Partage en vue proposait un atelier pour découvrir le braille avec Marc Angelier, enseignant spécialisé.

À l’occasion de la Semaine de la solidarité internationale à Meylan, organisée par un collectif qui réunit une douzaine d’associations, un après-midi festif et d’échanges a récemment été organisé à l’espace Chantourne. Le thème, cette année, était : “Liberté, égalité, handicapé. Quel accès aux droits fondamentaux ?”. C’est ainsi que des associations _comme Horizons et Partage en vue en particulier_ étaient présentes et proposaient diverses animations. Avec Horizons, il y avait par exemple le jeu de trapenum (il s’agissait de trouver le plus vite possible les objets qui formaient une paire), ou encore le crayon coopératif, c’est-à-dire qu’il fallait réaliser à plusieurs une œuvre, décidée d’un commun accord. De son côté, Partage en vue proposait, entre autres activités, un atelier de lecture en braille et un atelier de description tactile, au cours duquel, expliquait Sylvain Berger, qui préside cette association, « le public se met dans la situation d’un déficient visuel ».

Yasmina Mechemache, présidente d’Autisme vies, projetait un petit film très émouvant sur un enfant autiste, “Mon petit frère de la lune”. Plus tard dans la soirée, le clip vidéo réalisé par Partage en vue, puis le film “Benda Bilili” étaient au programme.

www.horizons-meylan.com www.partageenvue.org www.autisme-vies.org

Publié le 24/11/2011


l-association-autisme-vies-a-change-la-vie-du-petit-nathan-et-de-sa-maman-rose

VIE ASSOCIATIVE – ALORS QUE SON ASSEMBLÉE GÉNÉRALE VIENT DE SE TENIR À LA SALLE AMBROISE-CROIZATAutisme VIES se prépare à une année riche en événements

L’association Autisme VIES a changé la vie du petit Nathan… et de sa maman Rose.

L’assemblée générale de l’association Autisme VIES, présidée par Yasmina Mechemache, s’est déroulée jeudi soir, à la salle Ambroise-Croizat.

Les adhérents ont pu entendre le bilan des événements organisés tout au long de l’année pour financer leurs actions comme l’atelier de soutien éducatif.

Tout en regrettant que la volonté d’éducation de ces enfants se fasse uniquement à l’initiative des associations, la présidente s’est montrée optimiste : « Ce que nous proposons aux vingt enfants de l’association intéresse de plus en plus les personnels des structures publiques, qui s’en inspirent dans leur travail ! ». Un bilan financier très positif

Le bilan financier très positif promet une année dense d’événements pour cette association, qui vise à mieux faire connaître l’autisme. Une maladie qui touche un enfant sur 150.

La soirée s’est conclue sur la projection d’un documentaire intitulé “Le mur”, dans lequel une vingtaine de psychanalystes décrivent leur vision de l’autisme. Un film menacé de censure par trois des psychanalystes interviewés, qui poursuivent en justice la réalisatrice Sophie Robert. Le parcours de Nathan

Parmi les nouveaux parents de l’association, Rose Sazio raconte le parcours de son fils Nathan, né en mai 2009.

« À 21 mois, je m’inquiétais de son comportement totalement imprévisible et déroutant. Je sentais qu’il était différent ».

Après plusieurs coups de fils et des mois d’attente, le Cadipa (Centre alpin de diagnostic précoce de l’autisme) diagnostique Nathan, alors âgé de 26 mois, comme ayant des Ted (Troubles envahissants du développement), nécessitant une prise en charge par des spécialistes de l’autisme. « Le ciel me tombait sur la tête ! », raconte Rose Sazio.

Une personne de son entourage lui conseille alors de se tourner vers l’association Autisme VIES. « J’ai tout de suite laissé un message à la présidente Yasmina Mechemache, qui est venue me voir tout de suite et a su me rassurer », assure-t-elle.

De quoi la convaincre d’inscrire Nathan aux ateliers proposés par l’association. Un franc succès. « En très peu de temps, mon fils est devenu un autre : il pointe du doigt pour se faire comprendre, ses crises sont plus rares, j’ai droit à des câlins que j’attendais depuis si longtemps ! Je fais enfin partie de sa vie et pour une maman, c’est le plus beau cadeau au monde ! ». Et si Rose Sazio sait que Nathan sera « toujours différent », il n’empêche qu’elle a maintenant « grand espoir pour son avenir ».

Par Magali PIGNARD | Publié le 23/11/2011


yasmina-mechemache-presidente-de-l-association-autisme-vies-est-maman-d-un-enfant-autiste-nous-avons-besoin-de-benevoles-qui-puissent-s-investirASSOCIATION – RENCONTRE AVEC LA PRÉSIDENTE D’AUTISME VIES« Les formations spécifiques sont trop peu développées »

Yasmina Mechemache, présidente de l’association Autisme Vies, est maman d’un enfant autiste : « Nous avons besoin de bénévoles qui puissent s’investir ».

Yasmina Mechemache, maman d’un enfant autiste, est la présidente de l’association martinéroise Autisme vies, qui fête ses 16 ans cette année. Composée initialement d’une poignée de parents, elle compte maintenant une centaine d’adhérents.

Grâce au dynamisme et à l’investissement de sa présidente, 18 enfants de l’agglomération bénéficient aujourd’hui d’un accompagnement éducatif, “l’atelier”, constituant l’activité principale de l’association.

F Qu’est ce qui est proposé aujourd’hui à un enfant de l’association ?

« Aujourd’hui l’association organise, dans ses locaux, des séances individualisées ou en groupe d’accompagnement éducatif adapté à l’enfant, selon ses compétences. Les séances sont dispensées par deux psychologues, aidées dans leur travail par des stagiaires psychologues et des bénévoles. Cette prise en charge est basée sur les techniques éducatives et comportementales (ABA, TEACCH et PECS) qui ont fait leurs preuves dans de très nombreux pays. Les familles payent les séances, toutefois elles peuvent recevoir des allocations de la Maison des droits et de l’autonomie car cela est reconnu comme étant des dépenses liées au handicap. »

F Quelles sont les autres activités de l’association ?

« En fait les parents financent les psychologues de l’atelier, mais tous les frais de dépenses liés à son fonctionnement restent à notre charge : nous devons payer les factures d’eau, d’électricité, de téléphone, le matériel adapté pour les enfants, les jeux… Nous organisons donc très régulièrement des événements comme le vide-greniers de Saint-Martin-d’Hères, des brocantes, des concerts, des soirées dansantes, etc. C’est pourquoi nous avons besoin de bénévoles qui puissent s’investir, nous relayer dans ces activités qui permettent à l’atelier de fonctionner et donc à des enfants et des adultes de progresser et s’épanouir. Nous sommes conscients du fait que les parents et les professionnels doivent se former aux méthodes éducatives et comportementales afin de mieux comprendre et répondre aux besoins de leurs enfants autistes. Ces formations spécifiques sont trop peu développées en France c’est pourquoi, nous organisons régulièrement des journées de formations destinées aux parents et éducateurs. La prochaine formation “autisme : de la compréhension aux apprentissages”, se fera les 11 et 12 novembre à Champ-sur-Drac, en partenariat avec l’association Iceberg Ated ».

La présidente Yasmina Mechemache revient sur la création d’Autisme vies. « Cette association est l’initiative de parents qui, devant l’absence de structures et de prise en charge adaptée en France, n’ont pas eu d’autres choix pour leur enfant que d’organiser eux-mêmes un accompagnement spécialisé. En effet, la situation de l’autisme était, et est toujours, dramatique. Encore considéré comme un trouble mental et donc nécessitant plutôt des “soins” qu’autre chose. L’Éducation nationale accueille très peu les enfants handicapés, par manque de moyens humains. La seule place proposée est finalement un hôpital de jour ou une institution à vie, privant ainsi l’enfant des droits à l’éducation et à l’autonomie. Heureusement, les parents sont maintenant informés des progrès scientifiques qui montrent que l’autisme est un trouble relié à un fonctionnement cognitif très particulier. C’est en s’adaptant à leurs particularités que les enfants progressent. C’est donc avant tout pour répondre à un dysfonctionnement du service public que cette association est née, permettant l’accès à une éducation que les enfants, mais aussi les adultes, sont normalement en droit d’avoir, qu’ils soient autistes ou non ».

Autisme Vies, 104 avenue Ambroise-Croizat. Tél. 04 76 24 45 49 ou 06 15 33 32 35.

Site internet : www.autisme-vies.org

Publié le 21/10/2011